Rechercher dans ce blog

lundi 6 mars 2017

Jeune Quesada

 Une entrée assez récente sur le Joe Quesada moderne et l'impression pour le moins mitigée qu'il laisse (en tout cas ici) m'a donné envie de montrer un peu du Quesada d'avant sa starisation
Bon ok, avec cette planche je remonte trop loin, c'est l'une de ses premières publications et rien ne laisse encore apparaitre ce qu'il sera ensuite
 Son vrai premier boulot n'est pas inintéressant, avec un jeu d'aplats de noir très Mignola mais une finesse toute personnelle
 
 je l'ai découvert, dans ce même style, un peu avec The Question...
 mais surtout avec ce spécial Legends of The Dark Knight qui m'avait bluffé. Mignola signait la couv et les premières pages de Quesada (encrées par Rubinstein) étaient clairement du sous Mignola (de l'époque)
 Ce que j'ai probablement préféré de lui, ce sont ses X-Factor (scénar de Peter David)
 Excellent encrage de Al Milgrom
 Amusante couv de l'époque, encrée par un Panosian chenille pas encore devenue papillon mais qui "fait le job"
 Son pinacle sur cette mini encrée par Kevin Nowlan, qui garde le trait mais apporte sans aucun doute possible sa patte bien distinctive
  Evident apport sur des pages chargées...
 mais ma préférence allait aux pages plus claires, et une stylisation des masses (montagnes...) qui rendait si bien
 Même duo sur cette couv
 Les choses vont se dégrader à partir de Painkiller Jane.
 Palmiotti à l'encrage n'est pas responsable, mais Quesada s'emballe, partant dans des délires de détails et perdant toute lisibilité
Caricatural sur ces images/posters
 
 Un style cartoon surnage encore sur Ash
 mais son adoration de Mucha va très vite l'emporter
 Du coup, même sur des images presque entièrement ombrées, qui pourraient jouer sur la lisibilité des silhouettes il en fait des tonnes.  Pas vilain, mais révélateur d'un changement de style
 et puis bien sur, vinrent les films, et les outrances de "réalisme" que cela entraina dans les comics
Une horreur, déjà évoquée

10 commentaires:

Fred a dit…

L évolution de Quesada en tant qu artiste est fascinante. Inspiré par Mignola à ses débuts il colle à l'air du temps. Les pages minimalistes cèdent petit à petit à un style grouillant très Mc Farlane qui masque la panne d inspiration. Ash est le grand projet de Quesada et Palmiotti. C est un creator owned qui est un hommage sincère à tout l'univers de Quesada. Après Quesada quitte sa planche à dessin et occupe un gros poste à Marvel. Il a travaillé sur une serie daredevil ces derniers temps qui a un graphisme très particulier.

Lionel Garcia a dit…

L'attirance que Quesada éprouve pour Mucha le destine plutôt à l'illustration. Je regrette vraiment cette tendance à l'hyper réalisme. Je ne vois pas l'intérêt d'une telle approche. A part peut être complaire à certains lecteurs adultes?

Il me semble même que c'est Scott Mc Cloud qui constatait dans l'un de ses ouvrages sur la BD, que plus un dessin se rapprochait du réalisme plus il perdait en audience. L'universalité du dessin est liée à un trait épuré.

Philippe Cordier a dit…

back to Toth "less is more" et Mazz avec son réalusme du trait encré
Ca n'empêche pas les styles différents (je suis plutôt attiré par le trait étrange de Quesada sur le pavé atypique du DD du genre évoqué par Fred) mais là souvent avec ce réalsime là, ou pseudo, c'est la lisibilité qui trinque

Lionel Garcia a dit…

Quel est le titre de ce nouveau Daredevil par Quesada?

Fred a dit…

Le titre du daredevil c est Father. C est sorti en hardcover il n y a pas si longtemps. Le style cartoony est poussé à l extreme. Le livre a bonne réputation mais je n'ai pas accroché.

Philippe Cordier a dit…

la mini date quand même de 2004 :)

Francis a dit…

Bigre le temps passe vite...

Lionel Garcia a dit…

Ok. Il s'agit de ce Daredevil étrangement massif dont nous avions déjà parlé. Une curiosité graphique qui m'intrigue toujours, lorsque je vois des planches sur le net mais je ne suis pas sur d'apprécier le scénario. Mais c'est vrai, que sur le coup Quesada donne une nouvelle identité visuelle à DD. Pourquoi pas?

RDB a dit…

J'avais zappé cette entrée (sans doute parce que le travail de dessinateur de Quesada ne m'a jamais passionné), mais je rebondis dessus car, très récemment, en commençant à regarder la série télé "Iron Fist" sur Netflix, j'ai découvert sur FB une page (officielle) dédiée à sa promo. On y trouve tout l'arsenal publicitaire de circonstance (bandes-annonces, photos de tournage, photoshoots pour la presse, screenshots, etc). Et des pépites.
Parmi celles-ci, des affiches dessinées par Quesada justement : l'une d'elles a été faite pour la précédente série Netflix consacrée à "Luke Cage" (la moins réussie de la collection) mais un dessin intéressant, dégageant une impression de puissance avec peu d'effets et une compo simple. L'autre est nettement plus originale puisqu'elle a été faite pour "Iron Fist" donc : quand je l'ai vue pour la première fois, l'image m'a fait penser à du... Chris Sprouse ! C'est dire ma surprise quand j'ai remarqué qu'elle était signée Quesada. La compo est déjà un peu plus singulière, le trait est élégant.

Bon, je ne m'enflamme pas trop non plus. C'est un dessin ponctuel, réalisé dans un but précis, de la part d'un artiste qui, de toute façon, étant donné ses responsabilités de manager, n'a plus le temps d'exercer son premier métier.

Philippe Cordier a dit…

je pensais ça aussi (le souci de temps) mais quand je vois Jim Lee qui gère aussi des tas de choses en face, au niveau éditorial, et le nombre de dessins/planches...il y a aussi une question de choix et de motivation