Rechercher dans ce blog

mercredi 26 avril 2017

Baker vs Sinnott

 Exercice passionnant (que j'avais peut être déjà évoqué) démontrant au plus haut point l'intérêt d'un encreur, et du choix de ce dernier
En 1985, John Byrne scénarise et dessine l'annual des FF,  et son ami Roger Stern scénarise celui des Avengers, que Byrne dessine également
Sur quelques pages le crossover est poussé à l’extrême puisque les même crayonnés sont utilisés pour les 2 comics, mais encrés par le titulaire de chaque numéro, à savoir Kyle Baker pour Avengers et le vétéran Joe Sinnott pour les FF. Quel rendu différent pour un même crayonné!!! 
Sinnott donne une golden/classic touch, de son pinceau magique, là où Baker, dans la veine d'un Klaus Janson, joue d'un mélange fin/épais, plume/pinceau plus moderne
Vintage contre moderne (pour l'époque)! J'étais à l'époque bien plus sensible à Baker, mais avec le temps, et l'âge, la patine du meilleur encreur de Kirby me parle bien aussi


lundi 24 avril 2017

Merveilleux Noël...Sickles!

 IDW est un éditeur qui devrait être déclaré d'utilité publique, tant les gars font oeuvre utile avec leurs magnifiques livres
Côté patrimonial, j'ai tourné longtemps autour de ce livre, avant de craquer. Je l'ai donc lu. Merveille!
Pour qui remonte le "fil de ses idoles", s'il a bon goût il y a fort à parier qu'il arrive assez vite à Noël Sickles
Petit exemple : tu aimes Chris Samnee?... oh mais on dirait qu'il s'inspire d'Alex Toth. Mais...Toth était un fan de Milton Caniff qui adorait...Sickles! Hop, nous y voilà
Ami proche de Caniff, Sickles n'a pas eu sa notorité, en partie du fait de son tempérament, et surtout parce qu'il a vite quitté le monde des strips, pour celui de l'illustration
Canif fut aussi un maitre pour Hugo Pratt et ce dernier reconnaissait s'être donc naturellement également inspiré de Sickles
Revenons à ce livre : Très gros format carré de près de 400 pages!!! 50 usd
Après une intéressante intro par un fan qui a fait son chemin, Jim Steranko, les 140 premières pages couvrent la carrière d'illustrateur de Sickles (la majorité donc)
De la gouache, du lavis, du crayon...il savait tout faire
 audacieux , et réussi,choix de couleur
 Ce genre de chose est super intéressant
 Je regrette juste de ne pas avoir plus qu'une illue (double page quand même) concernant son travail sur l'un de mes livre favoris, Une journée d'Ivan Denissovitch ( de Soljenitsyne)

Tout le reste du livre reprend l'intégralité de ses strips, sur près de 3 ans, de Scorchy Smith!
L'éditeur a la bonne idée de publier d'abord les dernières bandes de la main de son créateur, John Terry, puis la reprise par Sickles (avec quelques pages du repreneur à la fin)
Je ne les lis pas. Les strips, même de grands artistes comme Caniff, me tombent souvent des mains, c'est le dessin qui m'intéresse, et là c'est un festival
Sickles reprend donc le strip des main de Terry, malade, et qui dessinait mal, sans inventivité
Il copie son tyle à merveille , signant du nom de Terry, puis il prend la bande à son nom et va doucement mettre sa patte puis expérimenter, créer, jouer avec le noir et blanc...
Un exemple des fades bandes de Terry
 et une bande de Sickles. La dernière case, et la case isolée que je mets ensuite, prouvent à l'évidence l'influence majeure qu'eut l'artiste sur un géant de l'époque, Alex Toth

 Sickles aidait/influençait son illustre ami Caniff, comme ce genre de fille le prouve
 En caricaturant un peu, avant Sickles, il y avait des bandes "gros nez" et du réalisme fin à la McCay/Hal Foster. En très peu de temps dans le domaine du strip (1933/36) Sickles a tout simplement créé un style, une approche graphique, qui fera école, en passant par des artistes qui, dommage pour Noël/Bud Sickles, surent mieux capitaliser sur leur apport et passer pour les vrais précurseurs (Caniff, Pratt...)
 Avec plus de 800 bandes le strip évolue graphiquement sous nos yeux, de la moche copie de Terry au flamboyant usage du pinceau et un travail de clair obscur qui fit forte impression sur Caniff

Un exemple de travail à la plume, au duo tone (ou duo shade-papier imprégné de trame) puis de pinceau
 Merci à IDW pour cet incontournable, et je laisse la parole à celui qui le découvrit bien avant IDW, pour la vf qui, aussi mal imprimée était-elle (parait il) fit découvrir le travail de Bud Sickles aux français qui avaient le bon goût de lire du Futuropolis (l'original) : Monsieur Etienne Robial
Enfin, pour continuer à "remonter le fil" il me faudra trouver une jour le temps, la motivation, et la doc, et parler de celui qui inspira Sickles, et Eisner (entre autres) : Billy Ireland

vendredi 21 avril 2017

Mignola revient...ou pas

Mike Mignola annonce, l'an dernier, qu'il arrête, un temps, les comics, après son final de Hellboy in Hell. Ok, on prend note
Alors quand Dark Horse annonce son grand retour, tous les sites spécialisés titre sur le grand retour de Mignola! Ouais! Et la couv donne carrément envie, même si ce pourrait être celle de "n’importe quel épisode de hellboy", c'est tentant, et un bon teaser
C'est en lisant un peu plus les articles qu'il est annoncé que le dessinateur sera un certain Warwick Johnson!?je ne le connais pas mais ça fait un peu pétard mouillé non? Pour moi si on vend le retour de Mignola, c'est le retour à sa planche nondediou
Ce sera pour un autre jour

Le maitre semble nous dire "oui mais regardez je dessine encore un peu, pis j'suis fatigué alors je reviendrai plus tard..."


mercredi 19 avril 2017

Nouvel Univers?

 En 1986, Marvel veut marquer le coup pour son 25ème anniversaire. L'évènement majeur doit être le lancement d'un Nouvel Univers, annoncé avec trompette et force publicité
 La montagne accouchera d'une minuscule souris car, selon l'eic de l'époque, Jim Shooter, les cols blancs proprios de Marvel ont retiré leurs billes et réduit le budget de façon drastique (entre autres raisons, il fallait de l'argent pour lutter contre une tentative d'opa hostile sur le groupe)
Les titres lancés furent donc tous confiés à des assistants editor, ou seconds couteux, à de très rares exceptions près, et ils firent long feu
Au milieu de cette débacle je ne sauvais que quelques numéros par Byrne, et surtout le chouchou de Shooter, scénarisé par lui même : Star Brand. Il demanda, comme une faveur perso, à Romita Jr de dessiner, et à Williamson de l'encrer. Ce furent des épisodes aux scénar assez égocentriques (le héros devait ressembler à Shooter, jeune, et vivre là où il vivait) mais les pages sont sublimes, révelant un duo hors du commun qui explosera ensuite sur Daredevil
J'ai un petit doute sur la paternité de la couv de ce premier épisode
Censée être de JRjr il me semble...
 assez proche de cette couv de Blevins/ Williamson, envisagée pour ce numéro, et décalée au 10 au final. Je doute
 La couverture d'origine, de Jrjr, est bien de sa main, mais ne fut pas retenue, et il faut dire qu'elle n'était pas top, avec le perso la tête dans le "pull"
 Il se rattrapera 20 ans plus tard, faisant une couv hommage, encrée par son père
 Je découvre que Bill Sienkiewicz a fait une illue promo, bien supérieure à la principale, qui ouvre cette entrée
Couleur, et noir et blanc
 
 Pour finir, un échantillon des couv anniversaire de cette époque
Sans faire de recherche je ne note que celles dont je suis certain : Art Adams pour X-Men, Walter Simonson pour Thor et X-Factor, BW Smith pour FF et New Mutants, Mark Bright/Layton pour Iron-Man, Zeck (et Beatty probablement) pour Cap, , Simonson/Sienkiewicz pour DD, Terry Austin pour Cloak and Dagger, Romita Jr (et Wiacek?) pour le second X-Men
Je crois que c'est Milgrom sur Hulk. Je n'ai fais une recherche google que sur la Spider-Man et je suis TRES surpris de voir qu'elle serait attribuée à un Rick Leonardi que je ne retrouve pas du tout

lundi 17 avril 2017

Tous en (super) slips

 Il y a 15/20 ans, Marvel, DC et autres Vertigo sortaient régulièrement des numéros 100% pin up/illues pleines pages. Pour les avoir tous vus (ou presque) pour un article un peu ancien pour Scarce, je peux vous dire qu'il y a avait de la daube et du très bon. Mais Marvel faisait aussi des "all swimsuit issues" donc... tous nos héros favoris en slips de bain!
J'en ai pris quelques uns à l'époque, pour des raisons purement artistiques bien sur
Il y avait des pépites
Bon ok, le principe restait de voir des nanas en slips, façon Gary Frank
Des artistes comme Adam Hughes étaient invités à chaque numéro, forcément
 On trouvait de très jolies choses, comme cette Tigra dessinée par Rick Leonardi et encrée par Al Williamson
 En amateur de jolies filles très bien dessinées, Bret Blevins était également souvent de la fête
 
 Parfois, des choses plus inattendues, décalées, me surprenaient, comme ce prince des mers au slip coquillage, par Joe Quesada
 ou ce Bullseye bien décalé (le tueur au tuba) par Aron Wiesenfeld et Klaus Janson
 Mike Golden s'amuse
 J'aime beaucoup l'approche, et le dessin, de Kevin Nowlan. So british
 Ce dessin m'avait déçu, alors qu'à l’époque l'idée de réunir Marc Silvestri et Terry Austin n'aurait pas du faire un tel flop
 Mike Mignola force sa nature, pas si comique
 et revient à ses fondamentaux, plus sombres (beau dessin, au visage très Nowlan)
 Ah, John Romita Jr! le bon côté est qu'il s'amusait, avec ces deux illues,à titiller le lectorat féminin (ou homo?), ce qui était original, mais alors avec un style un peu...argh (même si je reste client du trait, à la base)
 
 Celle ci à ma nette préférence. J'aime beaucoup (on voit sur l'original que Jen' fut redessinée, copiée/collée, probablement après une cure d’amaigrissement),
 
Si le bon goût et, surtout, l'originalité n'étaient pas toujours de mise à l’occasion de ces numéros spéciaux, il y avait quelques trésors impossibles à trouver ailleurs, et le maître mot était fun/second degré!

vendredi 14 avril 2017

Creatures Sacrées

 Enfin!
Le tout premier creator owned de Klaus Janson arrive
En juillet, chez Image
6 numéros dont il se charge du (co) scénario avec le dessinateur Pablo Raimondi 
Je ne connais de ce dessinateur que quelques X-Force anciens
L'histoire n'a pas bien été dévoilée, mais elle promet, à la croisée du Clan Destine de Davis et des Eternals de Kirby dirait-on, avec des choses très personnelles distillées par les auteurs

Ce que je sais est que KJ est sur ce projet depuis de nombreuses années et qu'il tient énormément à cette histoire qui sera comptée en 6 épisodes de tailles variables (le premier est énorme). Raimondi dessine la partie actuelle et Klaus se charge du dessin des sauts dans le passé (qui n'arrivent pas tout de suite)
Je ne peux malheureusement pas montrer de pages mais ce que j'en ai vu est très prometteur (je n'ai vu que des crayonnés de KJ)
Ceux qui connaissent la région reconnaitront des décors, basés sur des photos prises dans un très beau village médiéval près de chez moi, Pérouges (mais pour des épisodes ultérieurs je crois)
Chaque numéro aura une couv par Raimondi, une par Miller et une par un invité. Il y aura par exemple Sean Murphy, et Miller se colle à la première
Vous avez les 3 ici
Miller a fait pire, et mieux
 
J'ai hâte de lire ça

mercredi 12 avril 2017

Diablo

 Diablo/Nightcrawler n'est pas mon personnage Marvel favori, mais je l'aimais bien. J'utilise le passé car je n'ai pas lu de comics avec lui depuis très longtemps et j'ignore donc totalement ce qu'il est devenu
Il est apparu il y a plus de 40 ans, lors de la "refonte" des X-Men qui, à l'époque, se vendaient (oh surprise) très mal
 Créé en 74 par Dave Cockrum qui le pensait pour la Legion de DC, il fut refusé par l'editeur et modifié pour intégrer les mutants, une fois que Cockrum eut changé de crèmerie
Lisez donc ce qui est dit de lui dans sa bio
 Cockrum en fit une description très précise, que Chris Claremont adapta/changea pour le faire à sa main (amusant détail de la queue "en bas du dos, qui ne sort pas de son cul!")
 
 Je n'ai pas de souvenir très précis de cette mini série de 85, 100% Cockrum, si ce n'est une ambiance fun, distrayante (dans le rcm Lug)
 C'est, encore, John Byrne, qui m’intéressa à celui qui, sous Cockrum devait à  l'origine venir des enfers, avant de devenir un mutant Allemand. Byrne préférait Wolverine à Kurt (contrairement à Cockrum) mais il fit malgré cela de notre téléporteur un personnage attachant, humain, sensible
 C'est sous l'ère Claremont/Byrne que des jalons furent posés pour faire de Mystique la mère de Diablo. J'ignore ce qu'il advint plus tard de cette relation
 
 Paul Smith dessina le personnage de manière très élégante, le grandissant un peu au passage, même si, pour moi, il perdait un peu trop de sa spécificité "démoniaque", devenant plus "normal"
 
 Mon chouchou, c'est Alan Davis, qui avait, aidé de Claremont (encore lui) compris l'essence du personnage, à la fois, beau, mais différent, athlétique, sensible, magnétique...
 J'ai souvenir d'avoir lu Davis dire que cette scène fut l'une de celle qu'il a préféré dessiner, se souvenant avoir tellement intériorisé le personnage qu'il avait dessiné, par frustration mimétique, la queue de Diablo s'enroulant sur sa jambe en dernière case, spontanément, sans s'en rendre compte
 En terme de victimisation du pauvre Diablo, la référence reste bien sur ce mini chef d’œuvre, made in Claremont/Brent Anderson
 
 Scène que l'on retrouve avec l'incontournable scénariste, et le duo Romita jr/Green. Du pathos un peu poussé, mais justifié pour l'époque et le lectorat visé (ado, pas les adultes d'aujourd'hui)
 
 
 Un John Romita Jr qui, quelques années plus tard, a eu les plombs qui sautèrent et dessina Kurt comme un bodybuildeur,. Mais l'editor veillait et fit faire les corrections nécessaires pour la publication
 
 Sienkiewicz ouvre cette entrée. Il la ferme avec une scène tirée de ses New Mutants (avec, ça alors...Claremont).
Je ne sais pas pourquoi elle resta ainsi, mais cette scène d'ouverture, d'une grande et belle sobriété, est restée gravée dans ma mémoire (la page 1)